Mahabalipuram : un site archéologique exceptionnel

Outre le fait d'être un petit village de pêcheurs, très apprécié des touristes autant indiens qu'occidentaux, Mahabalipuram abrite un site archéologique de première importance, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Cet endroit était autrefois un éperon rocheux, en forme d'anse. Lieu idéal pour établir un port, il fut appelé « Kadalmallaï », qui veut dire la montagne de la mer, en Tamoul. A la suite d'un événement géologique majeur, l'anse s'est effondrée et les collines qui la constituaient ont été précipitées sous les eaux. Dans les sommets, qui restaient émergés le long du rivage, les Pallava-s, y ont sculpté de nombreux temples monolithiques. Cette civilisation, qui a régné dans la région entre le 3ième siècle et le 9ième siècle, en fit le lieu de ses installations portuaires. Sa capitale Kanchipuram, étant située à quelques 70 km dans les terres.
Le lieu fut rebaptisé Mahabalipuram, au début de notre ère. Bâli était un roi démon (un asura). Il pratiqua comme Arjuna, le héros du magnifique bas-relief situé au cœur du village, une forme d’ascèse, au terme de laquelle il connaîtra l'illumination. Il deviendra ainsi Mahâbali, celui qui détient les pouvoirs spirituels. Et donc Mahabalipuram est le lieu où l'on reçoit les pouvoirs spirituels...


Quelques sites à visiter


Les 2 temples du rivage (Sea shore temples) : Préférez les visiter tôt pour profiter de la lumière très belle du matin et éviter la chaleur qui s'impose rapidement. Antérieurement à leur construction existait une grotte dans laquelle fut sculpté Vishnu. les Pallava-s auraient tiré parti de la présence d'une roche, fracturée en 2 rochers, pour y sculpter, un peu plus tard, au 7ième siècle, ces 2 temples, qu'ils ont dédié à Shiva, le dieu le plus important, en Inde du Sud.

Les 5 Rathas (ou chariots de procession, encore utilisés dans le sud, par exemple à Gokarna ) : ils ont été dédiés aux dieux de la Trimurti (Brahma, Shiva et Vishnu) et aux dieux védiques Indra, dieu de la guerre et père d'Arjuna, et Durga, l'aspect féminin de l'énergie cosmique.
Le bas-relief d'Arjuna : appelé la chute du Gange. Cette appellation mérite d'être expliquée. La fresque, à l'image des cartouches d'une bande dessinée, est organisée sous forme de scènes narratives. Splendide, gigantesque : 27 mètres de long, 19 mètres de hauteur, fracturée en son centre, verticalement et donc divisée en 2 parois sud et nord, puisque parallèle à la mer. Certes la fissure centrale, où l'on imagine l'eau ruisseler représente le Gange, le fleuve mythique de l'Inde. Cependant, il ne s'agit pas au sens premier, de la descente des eaux du Gange, lequel prend sa source dans l’Himalaya. Il faut l'entendre symboliquement. Les eaux sacrées du Gange, représentent la Connaissance, le Savoir ésotérique reçu par les sages védiques, les Rishi-s. Car il est question ici de l'illumination d'Arjuna, le fidèle compagnon de Krishna. Au terme d'une profonde pratique méditative, le héros de la fresque va révéler en lui-même l'amour divin. Il devient alors un homme réalisé. D'où la présence centrale et multiple, dans ce bas-relief, de celui qui est descendu dans le cœur des hommes : Shiva. Shiva est en effet la première incarnation de l'amour divin. Il est alors représenté en avant scène, au coté de l'ascète, alors que celui-ci, déshydraté et très amaigri, est debout, une jambe repliée, les bras et les mains au dessus de la tête, regardant le soleil. A cet instant, le yogi devient la Parole du divin.

La boule de beurre de Krishna : en pénétrant sur le site, vous ne pourrez ignorer cet énorme rocher, de forme ovoïde, qui tient mystérieusement en équilibre ! Cette boule de beurre est tombée négligemment des mains de Krishna, bébé. L'océan primordiale, qui préexiste au monde manifesté, est une mer de lait, barraté. Un œuf de beurre se forme, lequel contient Brahma, le créateur...


Vous souhaitez venir découvrir ces vestiges archéologiques exceptionnels et visiter le sud de l'Inde ? Prenez contact avec nous en remplissant le formulaire présent sur cette page.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire