L'Ashram de Pondichéry

Les français sont naturellement attirés par Pondichéry. Ils y cherchent ce lien qui les unit à l'Inde, et revisitent le passé colonial de la France, qui a profondément marqué la ville. Cependant on ne peut parler de Pondichéry sans évoquer également Aurobindo et La Mère, qui ont contribué à la longue tradition spirituelle de l'Inde.

L'ashram de Sri Aurobindo et La Mère


L'ashram de Sri Aurobindo, Rue de la Marine
Pondi a mystérieusement renforcé ce lien avec la culture et la langue française lorsque Mirra Alfassa, arrivera de Paris, après la première guerre mondiale. Celle qui sera prénommée « douce Mère » par ses dévôts, va fonder, au milieu des années 1920, avec son compagnon spirituel Sri Aurobindo, une communauté ou ashram, en plein coeur de la ville blanche. A l'issue de nombreuses opérations immobilières, l'ashram va véritablement façonner le vieux Pondi. Ainsi en vous baladant vous ne pourrez ignorer tous ces imposants bâtiments, peints en gris et blanc, qui encore aujourd'hui sont propriétés de l'ashram.


Quelques mots sur eux...


Aurobindo, le jour de l'Indépendance
le 15 Août 1947
Né à Calcutta, ayant étudié à Londres, Aurobindo est un théologien, un poète et écrivain spiritualiste. Leader indépendantiste sous l'occupation britannique, il fait de la prison, période durant laquelle il vivra ses premières expériences mystiques. Pour échapper aux anglais, il finit par s'établir à Pondichéry, pour se consacrer uniquement au yoga.
Mira Alfassa, française est née à Paris. Dès l'âge de 5 ans, elle comprend qu'elle n'est pas de ce monde, et débute alors sa sadhana ou pratique spirituelle. Elle aura par la suite de multiples expériences d'absorption avec le Divin. A Paris, elle étudie l'occultisme. Son dernier mari, théologien, voit en elle son propre guru. Elle le suit lorsque ce dernier part en Inde pour y rechercher un yogi. Elle fera alors la rencontre, en 1914, à Pondichéry, de Sri Aurobindo.
Mira Alfassa en 1919
Mira Alfassa en 1919
Tous deux vont élaborer un yoga de transformation intégral. A partir de 1926, Aurobindo vit reclu et travaille essentiellement à la manifestation sur terre, d'une nouvelle énergie ou conscience qu'il appelle le "Supramental". Durant cette période, il écrit "Savitri", son oeuvre poétique majeure. Douce Mère continuera la mission d'Aurobindo, après que celui-ci meurt en 1950. Elle-même, à partir de 1958, se retire dans ses appartements, en raison de son état de santé, elle se consacrera tout particulièrement à ce qu'elle appelle le "yoga des cellules". Dès lors la Mère n'apparait en public que 4 fois par an, pour donner un darshan à ses fidèles, jusqu'à sa disparition en 1973. Peu de temps après, Satprem, un fidèle dévot publie, dans un ouvrage de quelques 6000 pages, appelé "l'Agenda", ses entretiens (enregistrés) qu'il eut, durant vingt ans avec la Mère.

Vous souhaitez découvir Pondichéry ? Nous pouvons vous aider à préparer votre séjour sur Pondichéry et les environs. Renseignez-vous en nous laissant un message sur notre formulaire de contact.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire